Translate

jeudi 22 août 2013

Droit de réponse : EFFICACITE DES FORCES ALGERIENNES ET MAROCAINES


Les forces armées algériennes vont vers la voie d'une plus grande efficacité, avec des choix stratégiques judicieux (transporteurs de troupes Fuchs, blindés NIMR II, marine de guerre...), avec une modernisation des matériels et surtout, une professionnalisation ; mais la route est encore longue avant de perdre les vieilles habitudes. Sur la photographie, des BMP-1 d'une des grandes unités mécanisées algériennes.




  Le commentaire suivant - très intéressant - :
http://conops-mil.blogspot.fr/2013/05/lefficacite-des-forces-armees.html?showComment=1376933100788#c5497135719704712382
a été posté en réponse au billet à cette page :
http://conops-mil.blogspot.fr/2013/05/lefficacite-des-forces-armees.html

  Malheureusement, les limitations inhérentes à Blogger font que je ne peux répondre sans fragmenter mon propos. De fait, je donne suite ici :

Monsieur,

Egalement merci à vous pour ce riche commentaire, lu avec attention.

Tout d'abord, à ma connaissance, l'Algérie aligne trois unités que l'on peut ranger dans la catégorie « forces spéciales » : le 18ème Régiment Parachutiste Commando (18ème RPC), le 25ème Régiment de Reconnaissance et le Groupe d'Intervention Spécial (GIS) pour les unités du « premier cercle » (forces spéciales « pures ») et des éléments de la Marine, de l'Armée de l'Air, de la gendarmerie pour celles du « deuxième cercle » (avec un potentiel humain et des équipements qui les rendent capables d'opérations spéciales au besoin, mais sans être, à proprement parler, des forces spéciales). En dehors de ces unités, les autres régiments de la 17ème Division Parachutiste sont des unités commandos. Elles peuvent, certes, opérer en appui des unités de forces spéciales, mais elles n'en sont pas.

Du côté marocain, c'est le flou artistique. Ce brouillard renforce la confusion entre les véritables forces spéciales, les unités commandos et les unités d'intervention antiterroristes, voire les unités spécialisées, à l'image des skieurs/troupes de haute montagne. Ainsi, les deux brigades parachutistes sont-elles présentées comme des forces spéciales, alors qu'elles n'en sont pas. Ces deux brigades disposent certainement d'unités commandos, voire des unités de type « pathfinders » susceptibles de rentrer dans la catégorie « deuxième cercle ». Quant au Groupement de Sécurité et d'Intervention de la Gendarmerie Royale (GSIGR), comme son nom l'indique, il s'agit d'une unité d'intervention et non d'une unité de force spéciale. A l'instar du Détachement Spécial d'Intervention (DSI) algérien (ou, autre référence : le GIGN en France), il peut être estampillé « deuxième cercle » (d'autant que ces unités effectuent parfois des exercices communs), mais il en s'agit pas d'une unité de forces spéciales dédiées.

Ceci étant dit, le Maroc dispose d'au moins une unité de forces spéciales « pure » qui travaille fréquemment avec les forces spéciales jordaniennes et saoudiennes. Comme je l'indique dans le billet ci-dessus, des membres de ce/ces groupe(s) ont d'ailleurs été engagés au Yémen en 2009. D'un volume probablement moindre que celui des forces spéciales algériennes, elles sont certainement très efficaces, d'autant que moins « rigides » que leur homologue de l'autre côté de la frontière. Même si les forces spéciales algériennes bénéficient effectivement de l'expérience de la guerre civile et que – comme vous l'indiquez – elles ont connu un développement depuis une vingtaine d'années, il reste encore beaucoup à faire. En témoignent les problèmes divers lors de l'action à In Amenas.

Je ne remets pas en cause le bien fondé de cette action ; seule option possible selon moi. Mais à l'évidence, la mécanique n'est pas au point, à commencer par le manque de coordination entre les les différents acteurs des forces de sécurité, des matériels inadaptés, un manque « d'imagination » des chefs des forces spéciales déployées. Ce n'est pas pour rien que les Britanniques souhaitaient dépêcher des SAS (une équipe envoyée à Chypre dans les heures qui ont suivi le début de la prise d'otages) pour conseiller les Algériens. Encore aujourd'hui, Londres perçoit ce refus d'Alger comme une erreur, tandis que la proposition de voir des SAS et des SBS entraîner les forces spéciales algériennes est parlante...

Mon propos n'est pas non plus de dénigrer les forces spéciales algériennes. D'une part, c'est vrai, elles évoluent. D'autre part, elles regroupent des personnels de qualité. Néanmoins, elles restent encore marquées par l'état d'esprit « spetsnaz » (en caricaturant, davantage « super commando » que « force spéciale »). In Amenas le prouve. Cet état d'esprit implique de nombreux désavantages pour des missions « en souplesse ». De fait, même si numériquement l'Algérie dispose probablement d'un peu plus de forces spéciales que le Maroc, je ne crois pas à un déséquilibre prononcé en faveur de l'Algérie.

Au sujet de la supériorité matérielle qualitative et quantitative de l'essentiel du parc blindé algérien (T-90S, BMP-3, BMP-2M...), je suis convaincu qu'il ne s'agit pas d'un facteur « clairement de nature à renverser le cours d'une guerre ». L'Histoire militaire foisonne d'exemples qui démontrent que dans le cadre d'une guerre régulière ou irrégulière, qu'elle soit symétrique ou dissymétrique (voire, d'un conflit asymétrique évoluant en une guerre dissymétrique ou symétrique entre entités protagonistes), la supériorité matérielle quantitative et qualitative ne fait pas tout, loin s'en faut. Sans rédiger un catalogue de ces affrontements, parmi les plus représentatifs, j'en retient dix :
  • La guerre russo-finlandaise de 1939 (supériorité matérielle à l'attaquant soviétique qui portant enchaîne les défaites, est bloqué, contre-attaqué ; la Finlande craque finalement, mais à quel prix pour l'URSS...)
  • La guerre italo-grecque de 1940-1941 (supériorité matérielle considérable à l'attaquant qui pourtant se montre incapable d'enfoncer le front grec)
  • La guerre civile chinoise (lorsque les forces de Mao sont passées de la guérilla à une empoignade plus conventionnelle ; supériorité matérielle au défenseur ; bien mieux équipés dans un premier temps, les forces nationalistes s'effondrent pourtant)
  • La guerre sino-vietnamienne de 1979 (supériorité matérielle à l'attaquant chinois dans un premier temps, face aux miliciens vietnamiens ; les Chinois piétinent et subissent des pertes considérables)
  • La guerre du Kippour/d'Octobre en 1973 (supériorité à l'attaquant pan-arabe, notamment en matière de lutte antichar, de combat de nuit, qui n'emporte pas la victoire décisive)
  • Les offensives soviétiques dans la vallée du Panshir de 1980 à 1989, avec une puissance de feu écrasante, une supériorité matérielle énorme, et pourtant, l'attaquant soviétique ne brise pas les forces de Massoud)
  • La « guerre des Toyota » au Tchad en 1986-1987 (supériorité matérielle au pro-libyens qui sont défaits)
  • La première guerre de Tchétchénie de 1994 à 1996 (supériorité matérielle à l'attaquant russe qui subit de terribles pertes)
  • La révolution libyenne de 2011 (avant l'intervention aérienne ; supériorité matérielle aux loyalistes pourtant incapables d'éradiquer rapidement les insurgés. Ceux-ci étaient sans doute sur le point d'être anéantis lorsque surviennent les premières frappes aériennes, mais ils ont gagné suffisamment de temps pour survivre, échangeant de l'espace contre du temps).
  • La guerre civile en Syrie (supériorité matérielle aux gouvernementaux qui, s'ils marquent des points n'ont pas non plus gagné)
Au bilan la supériorité quantitative et qualitative de quelques armes constitue un atout, oui. Mais à condition d'avoir ce qui permettra de valoriser cet atout : les chefs et les hommes suffisamment entraînés, des doctrines qui donnent une place à l'état d'esprit combatif (« un fighting spirit ») plutôt qu'elles n'imposent un carcan de fonctionnement, une chaîne de commandement bien huilée, du renseignement et une bonne diffusion de celui-ci, etc...

Pour reprendre une des illustrations précédentes, en octobre 1973, les troupes égyptiennes et syriennes disposaient d'une quantité significative de T-62, avec des capacités de combat de nuit largement supérieures à celles des chars israéliens ; atout qui n'a quasiment pas été exploité... Dans un rapport blindé contre blindé, les T-90SA et les BMP-3 dominent respectivement les T-72BA ERA/M60A1 et AIFV-B-C25. Cependant, sur un champ de bataille, ce seul rapport n'est pas significatif ; il se fond dans ce que j'appelle une « synergie des caractéristiques ».

En revanche, vous avez raison pour ce qui est de la supériorité algérienne en matière d'hélicoptères de combat et de transport d'assaut : Alger domine. J'en parle plus en détails dans la seconde partie de cette – brève – étude, publiée dans une version succincte par Jeune Afrique et pas encore mise en ligne ici (elle le sera dans quelques semaines). En attendant, voici ce que j'y indique :
« Enfin, dans la catégorie des hélicoptères, c'est encore l'Algérie qui surpasse le Maroc : et là, aussi bien quantitativement que qualitativement : les Mi-24 rescapés des lots reçus dans les années 1990 puis 2000 ont été modernisés aux standards MkIII Super Hind par Prétoria, avec des composants de l'hélicoptère d'attaque sud-africain Rooivalk, le couple Mi-24 MkIII Super Hind/missiles antichars Ingwe ayant été engagé contre les terroristes à In Amenas. En outre, jusqu'à 48 hélicoptères Mi-28N et UB Havoc auraient été commandés, les premiers étant arrivés en Algérie fin 2012/début 2013. Cette commande fait de l'Algérie le premier importateur de cette voilure tournante développée par les Russes depuis... 1988 pour la version de base, 1995 pour le Mi-28N. Le Maroc quant à lui ne possède que quelques Gazelle-HOT et Gazelle-canon, loin d'avoir les capacités des hélicoptères d'attaque de son voisin tout en étant beaucoup plus vulnérables aux tirs d'armes légères et de 12,7 ou 14,5. Pourtant, aucun remplacement des ces derniers n'est évoqué. »

Dans billet à venir, voici également ce que je précise pour la défense antiaérienne :
«  A noter que les Russes ont également livré des missiles air-mer aux Algériens, que peuvent tirer les Su-30MKA, tandis que les Marocains ne semblent pas avoir de missiles spécifiques à l'attaque anti-navire. Enfin, les deux pays ont reçu des missiles antiradars, l'un et l'autre étant ainsi à même de neutraliser ou a minima, de réduire l'efficacité, des défenses aériennes adverses dont les batteries sont nombreuses de part et d'autre de la frontière. »
Toutefois, je reconnais que j'aurais dû préciser que la défense antiaérienne algérienne est plus étoffée que celle du Maroc, en quantité comme en qualité (les S300PMU2), même si l'arrivée de 36 Hawk XXI pour le Maroc atténue un peu cette différence et que la doctrine algérienne est, là encore, vieillotte, réduisant l'efficacité de ses systèmes d'armes.

Autre point qui figure dans votre commentaire : l'industrie de défense. Vous avez raison : elle existe en Algérie et elle grandit en maturité. Après des débuts modestes, cette capacité s'est construite au fil des années : camions, fusils d'assaut, véhicules blindés basiques. Bientôt, elle permettra d'assembler de véhicules blindés de transport de troupes Fuchs. Mais, à mon sens, cette capacité confère davantage un atout stratégique à Alger (influence via des ventes d'armes, de souveraineté, de prestige, retombées économiques...). Elle n'est pas la garantie absolue d'un maintien en condition opérationnel de matériels.

Ainsi, la Corée du Nord, le Soudan, l'Iran ou encore le Pakistan (pour ne citer qu'eux) disposent d'une industrie de défense ; pourtant, des proportions variables de leur inventaire sont dans un état opérationnel douteux (pour ne pas dire catastrophique). Ce qui fait la différence, ce sont les établissements et régiments du matériels, les ateliers de réparation, les véhicules de soutien (pour la mobilité stratégique comme les porte-chars ou pour le dépannage sur le terrain, avec les ARV)... Or, à première vue, l'infrastructure marocaine paraît mieux organisée et mieux dotée que l'Algérie.

Cependant, tout est relatif : la diversité des véhicules, des armes, des calibres, est telle qu'en cas (d'improbable) conflit, l'avantage marocain serait probablement bien réduit. L'arrivée des M1A1SA n'arrangera rien car, à moins d'acquisitions pour éviter cet écueil, le Maroc manquera alors de chars de dépannage suffisamment puissants (je l'évoque dans la seconde partie de l'article/billet à venir).

Pour conclure, je souligne que la réflexion sur l'antagonisme Algérie-Maroc s'inscrit dans le cadre de l'épiphénomène de la course aux armements entre les deux pays plutôt qu'à celui de ce que serait une guerre (même limitée) entre les deux Etats. Je ne me suis pas livré à cet exercice qu'est le « what if ? » et qui aurait impliqué de considérer de nombreux paramètres à commencer par les économies respectives, leur résilience, leurs faiblesses, ce que seraient les réactions internationales, les aides étrangères (qui soutiendrait qui, discrètement ou ouvertement), les capacités des généraux (formations, écoles...), une corruption non négligeable et une radicalisation islamiste de certains au sein de l'armée marocaine, le clientélisme politique au sein de l'armée algérienne, etc, sans oublier la géographie physique, avec le nord montagneux, le sud désertique, les implications sur les opérations, etc... 

Ce qui figure dans les articles de Jeune Afrique (et dans ce billet ainsi que le prochain) est donc à appréhender d'abord sous l'angle (forcément limitatif) de cette course aux armements.

Cordialement,
Laurent Touchard


11 commentaires:

  1. Vos analyses souffrent toujours d'autant d'approximations dans vos évaluations capacitaires de l'armée algérienne. Vous utilisez à foison les comparaisons avec la Syrie, la Libye, le Soudan et autres armées "exotiques" puisque vous partez du principe que l'ANP est taillé sur un modèle unique d'une version "light" que l'armée rouge aurait exporté ? Or ne ditons pas comparaison n'est pas raison ? Vous faites preuves de lacunes profondes dans la connaissance de la ligne logistique de l'ANP ? Vous ne citez d'ailleurs aucune des unités chargées de cet aspect dans l'image d’Épinal que vous dressez de l'ANP.
    Je vois aussi que vous ne cessez de décrire l'encadrement algérien de peu efficace vis à vis de son homologue marocain, votre seule argument sont vos impressions et vos jugements "à priori". Terme qui revient souvent en compagnie d'un autre "il semblerait, à première vue....etc
    Vous dites "In Amenas" le prouve ? Elle prouve quoi ? Le Maroc a t'il eu à gérer une prise d'otages massive ? Les seuls autres exemples sont à chercher du côté de l'affaire de la Mecque dans les années 70, celle du Théatre de Moscou et de Beslan. Comme vous aimez citer des contre exemples vous devriez chercher à en connaitre un peu plus sur ces évènements. Je ne parlerais pas d'un autre exemple qui est celui de la prise d'otages d'Ouvéa ? Qu'en pensait les SAS ?
    Monsieur, je dois dire que votre travail est bien trop lacunaire et basé sur des à priori récurrents qui reviennent sans cesse concernant l'Algérie et son armée. Pour preuve, les aviateurs, les officiers d'Etat Major, les marins et les officiers de la défense aérienne, de l'Armée Nationale Populaire fréquentent depuis bien des années St Cyr, West Point, et autres écoles militaires britanniques, italiennes, américaines et françaises (et ce depuis les années 70).

    RépondreSupprimer
  2. J'ai lu votre billet et les critiques d'Anonyme, j'aimerai juste ajouter ma réflexion la dessus; si dans le cadre d'une comparaison de matériel et de formation des deux armées, y a incontestablement une supériorité quantitative du coté Algérien, cependant en terme qualitatif ceci est sujet a discussion. En terme de formation nous pouvons comparer les formations universitaires qui peuvent donner un aperçu, même si il n'est pas totalement représentatif de la réalité, les universités marocains sont mieux classées que les université algériennes ( classement Shanghai ) ( la raison est due a la qualité d'encadrement ; plus de 60% des enseignants universitaire algériens préparent une thèse les chiffres sont plus faible au Maroc).
    La prise d'otage d'In Amenas montre peut être que les forces spéciales algériennes non pas réussi a sauver les otages, et un cafouillage énorme sur le plan de la gestion de la crise, ceci est simplement du ( une chose sur laquelle je suis d'accord avec vous ) à la doctrine russe qui persiste encore dans les rang de l'ANP.
    Cordialement

    RépondreSupprimer
  3. M/Laurent Touchard
    L'analyse que présentez des capacités militaires de l"Algérie et du Maroc me semble pour le moins......sujet à caution.
    Bien que je sois lion d'avoir vos "compétences" en la matière, je peux affirmer sans risque de me faire contre dire que pour l'instant en tout cas, et probablement pour longtemps encore, les capacités de l'emporter en cas d'empoignade sont largement en faveur de l'Algérie.
    Une preuve ?
    Vous savez peut être qu'à partir de la minute M ou le Maroc serait convaincu de sa supériorité, et dés M+ 1, il engagerait tous ses moyens contre l'Algérie.
    Il n'a pas hésité à le faire alors que l'Algérie indépendante avait un an d'age et il ne démord pas de ses prétentions à une large partie du territoire Algérien, en plus du fait qu'il considère Alger comme le principal, pour ne pas dire le seul, obstacle à ce qu'il appelle la " récupération" des territoires sahraouis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bonsoir a tous, cher mr tauchard comme je suis une personne juste je respecte le travaille de chacun qui et neutre et qui fait des analyse sont être pro ceci ou cela et je doit vous dire aussi que vous vous trompez lourdement sur les force algerienne et en cas de guerre je peut vous assuré une chose , le Maroc n'a aucune chance pourquoi??

      alors pour commencer je vais revenir a ain amenas vous trouver que c'est un echec? le fait que les tero sont rentré oui mais le fait que les force algerienne sont intervenue très rapidement et on établie un plan je vous invite a allé voir ce que pense les expert americain et autre des force algerienne qui on trouver très impressionnant dans toute prise d'otage ya des mort et celle ci et la plus grande prise d'otage de l'histoire c'est un un homme ou 10 homme avec des fusil de chasse mais bien des soldat parmi les meilleurs d'aqmi ya même des ancien soldat avec eux...armée de mitraillette (légère/lourde) de grenade , lance roquette, mine moyen de comunication sans conté qui était 40armée jusqu’au dent et le comble dans un site gazier de 5km UN SITE GAZIER imagine les risque de la mission.....ta même pas le droit a une cigarette et la ya une puissance de feu énorme dans un site gazier qui aurai tout fait sauté...et pourtant..il ya eux plus de 800 otage libéré et 37 mort (chiffre approximative) les teroriste neutraliser avec la capture de 4 ou 5 d'entre eux.....tout le monde trouver sa incroyable car sa aurai pu être bien pire dans un site gazier et avec un bataillon complet en face vous croyer que le Maroc aurai pu faire mieux? certain force special dans le monde on fait moin que sa pour moin de risque que sa....
      aussi l'algerie n'est pas accès sur le modèle sovietique ,ces unité s'entraine partout dans le monde (France,Angleterre,Russie,Amérique, Corée....)avec une grande experience sur le terrain...

      ensuite pour revenir a la guerre algero-marocaine , bon disons qu’une guerre éclate évaluons les revenue de l'algerie et les moyen pour l'effort de guerre...grande source de revenue pétrolière avec 200millaird d’économie en resserve...(de dollars bien sur)
      le Maroc lui vie essentiellement du tourisme et qui et en crise majeur actuelement avec une dette qui grandit d'année en année....donc conclusion a la 1er seconde de la guerre les touriste s'en irons plus de revenue pour le Maroc....la guerre et plier ensuite pour que le Maroc atteigne les puits de petrole algerien il faudra a leur aviation qui passe les 44 su-30 les 15 a 24 mig-29 (moderniser) les mig-25(intercepteur) et sans oublier les redoutable S-300 les pantsir S-1 , sa-3 et toute sorte de missile sol air...en gros c'est impossible et c'est pas avec leur 24 F-16 qui vont faire sa...les ancienne batterie AA algerienne moderniser sont capable d’abattre des F-16..alors les S-300 on en parle même pas d'ailleurs c'est pas un hasard si israel et les americain tremble a l'idée que cette arme sois vendu a l’Iran et a la Syrie...

      suite....

      (rebell)

      Supprimer
    2. autre arme stratégique...et je sais pas si vous comprenez vraiment que cette arme la et très stratégique mais un pays qui possède des SM et un autre qui en possède pas...c'est un fossé énorme....l'algerie a 4 SM et officiellement elle viens de commander 2 autre..surtout quel a deja le personelle formé et expérimenté sur ces SM (c'est pas le cas du Maroc)
      saviez vous Mr que les SM algerien sont réputé être les plus silencieux (la classe kilo) on les nomme trou noir...en 2003 l'algerie a etriez les USA dans un exercice navale en Algérie....(il on pas su détecté le SM algerien) saviez vous aussi qui sont équipé de missile club S anti navire et mer-sil? ce qui veux dire que une foi la flotte marocaine coulé il pourrons fermé complétement l’espace maritime marocain et bombarder depuis la mer toute entreprise agriculture base aérienne terrestre defense aérienne et sa a 300km et le Maroc n'a rien pour contré sa...

      alors un peut de serieux svp ya aucune comparaison a faire et je peut même vous dire quelque chose qui sera biento officiel et qui et même logique, l'algerie va remplacer ces mig-29 mig-25 et su-24 vieillissant mais pouvons abattre n'importe quel appareille marocain donc il faut s'attendre a une commande de plus de 120 chasseur (mig-35? su-35? su-34?) on verra bien mais une chose et sur l'algerie cherche le radar AESA qui rallongera encore la porté des chasseur algerien , donc la l'algerie aura la qualité et la quantité oui la qualité et la quantité pourquoi??

      contrairement au pays que vous avez cité cher MR,l'algerie ne sais jamais contenté d'un matériel export , je m'explique les mig-29S algériens sont bien la version S non export , les mi-24 algerien on était moderniser chez les sud africain afin d’augmenter leur capacité il on strictement rien a voir avec les mi-24 qui on était exporté ni même avec ceux des russe, les mig-25 pareille l'algerie a une version capable d'emport des bombe nucléaire et une version assez avancer que ceux quel a vendu au autre pays (le mig-25PDS) d'ailleurs la Russie a demander a l'algerie de l’échanger (1mig-25 contre 3 mig-23 ou 29....) l'algerie a refuser bien évidement...

      suite..

      (rebell)

      Supprimer
    3. la Russie a même râlé concernant le bidouillage de ces hélico dans un autre pays c'est pour sa que les commande algérienne maintenant sont de la très haute qualité et si la Russie assure pas cette qualité elle fi mettre des composant européen a la place par exemple les mi-28 algerien sont doté d'avionique et composant occidentaux a la place des russe et il possède même un radar au dessus des palle c'est une version unique que peut de pays peuvent commander ,le park d'hélico algerien et largement plus puissance que celui du Maroc sans conté le MI-28 alors lorsqu'il va arriver..(en 2015) la comparaison doit même pas se faire...

      autre commande l'algerie aura biento les missile bastion vous avez entendu parlez des fameux yakhount?? ceux dans les US avais peur que la Russie le vend a la Syrie..missile anti navire de très haute technologie...et avec sa l’Algérie pourra fermé le Detroit de Gibraltar..

      pareille pour les SU-30 algerien il sont dériver des MKI indien qui on des composant israélien et les MKA algerien on des composant français/européen..l'algerie n’achète pas sur étagère MR elle fait très attention a sont matériel d'ailleurs l'affaire des mig-29SMT que la Russie a vendu a l'algerie et qui avais des vielle cellule l'algerie s'en et rendu conte facilement et les a revendu a la Russie et a eu des su-30 a la place .

      les russe vendent a l'algerie du matériel high tech et si il conviens pas il remplace les composant par d'autre vous voyer un peut la différence...

      donc pour les future commande qui vont arriver...(et la je parle de vrai commande même si il sont pas arriver car la modernisation et seulement a moitier pour l'algerie)

      2 frégate Meko A-200 (3600 tonne) +2 on option de très haut technologie (donc l'algerie n'a pas des vieux navire russe ou algerien)
      1 LDP +1 en option (porte hélicoptère de grand technologie egalement)
      2 autre SM kilo636 equiper de missile club S
      3 frégate/corvette chinoise (2800 tonne) +3 en option avec beaucoup de composant européen...
      des hélicoptère lynx et merlin...de nouvelle génération...(je sais pas le nombre mais beaucoup)
      missile bastion
      P-800 oniks/yakhount...
      le S-400 devrait biento arriver egalement et il n'a pas d’équivalent même en Europe..

      et sa en plus de ce que l'algerie a deja et qui surpasse deja le Maroc....

      par conclusion...je souhaite pas une guerre mais sur le plan militaire et financier....l'algerie et largement gagnante ,le Maroc n'a aucune chance on et plus dansa les année 70...


      ps: je vous invite a pas trop lire les journaux marocain...il s'acharne dans une haine gratuite et de la parole en l'air contre l'algerie a chaque foi qui se mange une raclé sur l'affaire du Sahara, il n’oserons ni une guerre contre l'Algérie ni contre l’Espagne , tout ce qui font c'est de la consommation interne si vous cherchez des vrai réponse allé voir d'autre sur et même sur le terrain les US on eux même avoué que les su-30 algerien sont superieur au F-16 qui on vendu au Maroc...normal le su-30 et un chasseur de supériorité aérienne qui et l’équivalent du F-15 americain le F-16 lui et l’équivalent du mig-29 et encore une foi les commande arrive...

      allé voir le MRCA indien...les su-30 MKI indien on mie une raclé au F-16 americain piloté par des americain... ya vraiment rien a comparé entre l'armée algerienne et l'armée marocaine

      voila j'espére vous avoir aider un peut bonne journée a vous.

      fin.

      (rebell)

      Supprimer
  4. ou et la suite de mon commentaire???......

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,

      Eh bien je viens de poster ladite suite !

      Un "bug" de Blogspot semble être à l'origine du micmac : dans un premier temps, seule la première partie de votre très intéressant exposé m'a été transmise. Les deux autres ne sont apparues que quelques jours plus tard. Dès lors, j'ai finalement pu remédier (ci-dessus) au problème.

      Même si le problème en question n'était pas de mon fait, au temps pour moi quant à ce délai.

      Bien cordialement,
      Laurent Touchard

      Supprimer
    2. il n'ya pas de probleme MR touchard j'avais juste peur que sa disparaissent car sa m'a prie du temps de tout écrire ;)

      donc la je vous et fait part d'une analyse détailler dans une éventuel guerre et l’évaluation des capacité économique, depuis la monté des hydraucarbure l'algerie a surpasser le Maroc de très loin (bien quel la dépasser deja avant).

      le Maroc peine deja a entretenir sont matériel et ne peut faire des folie concernant les acquisition militaire , l'algerie elle n'est qu'a la moitier de la modernisation comme je lai dit auparavant l'algerie doit commander encore une centaine de chasseur ce qui lui ferait a terme entre 140 a 180 chasseur (moderne) avec des AWACS ce qui ferait de l'algerie une puissance aérienne parmi les puissance européenne le Maroc et loin deriére .surtout les dernier système de brouillage acquis récemment...la comparaison doit même plus se plus se faire

      mais je vais surtout parlé sur un sujet que j'ai zappé , celui de l'armée de terre....et la je parle uniquement de soldat , l'algerie ratisse large actuelement pour avoir un système de soldat du future (exemple : système félin en France, le ratnikl en Russie,ya celui de bumar chez les polonais)...c'est un système complet pour le future soldat , gilet par balle casque tenue viseur etc..etc...une foi que l'algerie aura choisie (et sa sera un choix et non imposer par tel; ou tel) donc on pourrai pas dire quel a eu un système obsolète car l'algerie choisira le meilleur, sa parle même de montage local pour plusieurs équipement, il ya un système de numérisation de l'espace de bataille, on transmet en temps réel les positions ennemie et on permet au commandement d'avoir une meilleure visualisation de ce qui se passe sur le champ de bataille, ce qui va lui permettre d'apporté une réponse adéquate aux mouvements ennemis en transmettant à son tour à travers ce système le protocole à suivre pour contré l'ennemi.sa donnera une vision totale du champ de bataille et un contacte avec toute les unité le temps qui sera gagné serai précieux intervention rapide ordre du commandement en temps réel et réception en un clin d’œil....coordination rapide et efficace assuré....

      ya egalement l’étude de doté l'armée de nouveau fusil d’assaut a fabriqué localement afin de rééquiper toute l'armée..tout sa fait bien évidement du projet soldat du future en terme d’équipement individuel le Maroc et encore loin deriére .

      ya certain projet qui traine certes mais il sont tous a l’étude et pour l'a plupart c'est officiel ya une profonde modernisation au sain de tout les corps et le budget et présent .

      je me permet de rajouté aussi qu'en terme de commandement l'algerie a de jeune officier formé dans les plus prestigieuse école militaire du monde et il ya des major de promo parmi eux la compétence et les moyen sont donc très présent .ce qui et loin d’être le cas chez le voisin alors que l'algerie n'est qu'a 50% de sa modernisation .

      cordialement.

      rebell

      Supprimer
  5. tu dit n'importe quoi sur l'armée Algérienne, comme si tu es un expert de l'ANP
    tu dit que l'ANP dispose de 3 unités (GIS, 18ème RPC et FS) alors que tu as oublié ce qui suit:

    D.S.I : Le Détachement Spécial d'Intervention [G.N]
    R.P.C : Régiments Parachutistes Commandos [17ème DP]
    Détachement des Opérations [Unité du 104ème RMO]
    C.F.A : Les Commandos Fusiliers de l'Air
    BIP : Brigade d'Intervention et de Protection [DGSN]

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir,

      Peut-être serait-il bon que vous relisiez le billet dans sa totalité, ou au moins le premier paragraphe dans son ensemble plutôt que juste la première phrase...

      Je ne cite pas nommément le DSI, mais, j'évoque dans le premier paragraphe les éléments de la gendarmerie (ce qui inclut implicitement le DSI) appartenant au "deuxième cercle" des unités spéciales, c'est à dire celles qui ne sont pas des unités de forces spéciales par destination mais pourraient néanmoins être utilisées comme telles en cas de besoin (du fait de l'excellence de leurs personnels, de leur entraînement et de leurs équipements).

      Selon vous, je ne cite pas les RPC ? J'indique - toujours dans le premier paragraphe - que les "autres éléments de la 17ème Division Parachutiste sont des unités commandos". Je l'indique en toutes lettres.

      Concernant le Détachement des Opérations qui dépend du 104ème RMO, je me permets de vous faire remarquer deux choses. Tout d'abord, le 104ème RMO appartient bien à la 17ème DP, il était donc inclus de facto avec "les autres éléments de la 17ème DP". Il est exact que l'unité a pris une dimension force spéciale depuis environ deux ans, avec la mise sur pied d'unités dédiées en son sein (dont le Détachement des opérations). Ce qui m'amène au deuxième point : le billet auquel vous réagissez a été mis en ligne en août 2013, c'est à dire plusieurs mois avant que ne filtre la nouvelle tendance FS du 104ème RMO...

      Au sujet des CFA, idem que précédemment : même sans les citer nommément, je parle bien d'éléments de l'Armée de l'Air comme appartenant au "second cercle" des forces spéciales. Pour votre gouverne, les CFA relèvent de ladite Armée de l'Air. Ils sont donc compris implicitement dans mon propos.

      L'objet du billet n'étant pas de dresser l'ordre de bataille complet et détaillé de l'ANP, j'ai résumé. En parlant de la gendarmerie, j'entendais notamment le DSI, en parlant des éléments de la 17ème DP, j'entendais les RPC et le RMO, en parlant de l'Armée de l'Air, je songeais aux CFA, etc.

      Enfin, la BIP qui appartient à la police n'est pas une unité de force spéciale, mais une unité d'intervention policière. Ce qui n'a rien de péjoratif au regard de ses missions difficiles. Si cela peut contribuer à vous faire comprendre, le GIGN français est une excellent unité. Mais n'est pas une unité de forces spéciales.

      Au passage, j'en profite pour signaler que le GIS est depuis peu le 9ème Groupe Commando. Encore une fois, le billet ayant été rédigé en août 2013, le GIS était désigné comme... GIS à l'époque.

      Je conclus. Je ne suis pas un "expert", je laisse ce titre aux individus qui consacrent une bonne partie de leur temps aux plateaux de télévision. Je préfère me consacrer à mes travaux de recherche pour des publications à venir. Pas "expert", donc, mais observateur.

      Cordialement

      Supprimer