Translate

mardi 26 novembre 2013

Billet hebdomadaire sur le Blog Défense de Jeune Afrique : LIBYE, LE CASSE-TETE DE L'INTEGRATION DES MILICES


La brigade commando libyenne (désignée à tort comme "brigade de force spéciale") constitue aujourd'hui l'unité la plus solide du régime ; ses 2 000 hommes sont relativement bien entraînés et équipés, expérimentés et surtout, relativement disciplinés. Cette dernière caractéristique la distingue des autres unités régulières. Composée de deux ou trois bataillons, elle engerbe une section de forces spéciales, un groupe de protection rapprochée des responsables politiques. (photo : via Facebook)




  Jusqu'à 46 civils tués le 15 novembre lors d'une manifestation contre les milices, neuf autres tués le 25 novembre dans des affrontements entre les commandos libyens et des salafistes... La Libye ne parvient pas à venir à bout du problème que posent les différents groupes armés ex-révolutionnaires (voire pro-Kadhafi, pour certains) qui n'ont toujours pas été dissouts deux ans après la chute de son dictateur. Une partie des membres de ces milices devaient être intégrés aux forces armées et de sécurité. Cependant, en raison d'écueils divers, bonnes intentions et projets n'ont quasiment pas été suivis d'effets, avec pour conséquence la perspective du chaos le plus total pour la Libye si rien ne change. 

  Pourquoi l'intégration des milices est-elle aussi complexe ? C'est la question à laquelle je réponds dans le billet hebdomadaire du Blog Défense de Jeune Afrique. Le prochain article brossera un portrait des programmes d'entraînement en cours, de l'organisation et de l'armement des forces gouvernementales... Bonne lecture !
http://www.jeuneafrique.com/Article_ARTJAWEB20131125163018_corruption-mouammar-kaddafi-milice-mohamed-abdelazizarmee-libyenne-le-casse-tete-de-l-integration-des-milices.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire