Translate

vendredi 6 juin 2014

Au-delà des mots : 06 JUIN 1944, LA CÔTE 30


Des parachutistes du 508th Parachute Infantry Regiment vérifie leur équipement le 05 juin 1944... (Photo Signal Corps/NARA)



  Cette photographie inaugure une nouvelle rubrique de CONOPS. Rubrique dont la nature permettra des publications plus fréquentes que les autres travaux nécessitant d'importantes recherches...

  Voyageons dans le temps avec ladite image... Il y a 70 ans...

  05 juin 1944, à quelques heures du déclenchement de l'opération Neptune (phase d'assaut initial de l'opération Overlord, avec un volet aéroporté), des hommes du 508th Parachute Infantry Regiment (508th PIR) de la 82nd Airborne Division (82ème Division Aéroportée) ajustent leur équipement de saut. Unité d'élite avec des gaillards que ce régiment, cette division. Ce qui n'exclut pas l'angoisse, l'attente de l'action pour enfin la chasser. Interminable attente qui met les nerds à rude épreuve. Et la peur qui s'insinue à mesure qu'approche le moment du saut fatidique dans la nuit.

   Encore quelques heures et ils embarqueront dans les C-47 du 52nd Wing qui les conduiront ensuite au-dessus de la Normandie, derrière le secteur d'Utah Beach. Là, sous les ordres du colonel Roy Lindquist, ceux que l'on surnomme les "Red Devils" devront désorganiser le dispositif allemand, empêcher l'arrivée de renforts et ainsi, faciliter l'avance de leurs camarades depuis les plages à l'est.

  Huit jours plus tôt, l'ensemble des plans propres au parachutage de la 82nd Airborne doivent être modifiés en urgence : la présence de la 91ème Division d'Infanterie (Luftlande) est constatée où il ne faut pas ! En conséquence de quoi, deux des régiments de la 82nd seront lâchés à l'ouest de la rivière Merderet et un autre à l'est. Malheureusement zone a été inondée par les Allemands pour justement gêner d'éventuelles opérations aéroportées...

   Au 06 juin entre 02 heures 00 et 02 heures 30, la bataille s'engage mal pour le 508th PIR. Avec le temps et les tirs de la Flak allemande, la moitié de l'effectif est largué à plusieurs kilomètres de sa DZ. Le reste atterrit encore plus dispersé, dans le fracas des détonations et le bourdonnement continu des Dakota, sous les nuages qu'éclairent les traçantes d'un ennemi surpris, mais qui réagit néanmoins. De nombreux Américains se noient dans les marécages.

  Au sol, des petits groupements se forment, au gré des rencontres avec d'autres parachutistes égarés. Amalgamés à des éléments du 507th PIR, ils participent aux combats pour la sécurisation du pont de la Fière qui constitue un des trois objectifs attribués à la division. Des camarades du 507th PIR s'en sont emparés partiellement vers 11 heures 00. L'ouvrage modeste et sa chaussée traversent le Merderet. Pour les Allemands, il représente la possibilité d'acheminer des renforts face aux plages du secteur d'Utah. Pour les Américains, il signifie stopper l'acheminement de ces renforts tout en facilitant l'élargissement de la tête de pont alliée dans le Cotentin.

  Le 06 juin, à partir de 13 heures 00, depuis Picauville, l'ennemi lance une contre-attaque avec des éléments du 1057ème Régiment de Grenadiers qu'appuient quatre chars légers H-39 du Panzer Abteilung 100. Ils reprennent Cauquigny, à l'ouest, puis s'avancent sur la chaussée en direction du fameux pont. Deux des engins du PzAbt 100 sont endommagés dans la progression qui ne s'interrompt pas pour autant. Sur l'autre rive du Merderet, les parachutistes du 507th PIR bloquent la traversée des assaillants. Ces derniers tentent un nouvel assaut : un troisième H-39 est détruit au Bazooka. Le quatrième sera finalement neutralisé avec des grenades Gammon. L'empoignade est furieuse, mais les paras du 507th PIR s'accrochent.

  Au sud, d'autres parachutistes qui appartiennent au 2nd Battalion du 508th PIR se sont établis dans les fermes et les haies de la Côte 30. Ils empêchent les Allemands d'atteindre Chef-du-Pont et de là, de prendre à revers les défenses de la Fière. Ils vont ainsi tenir pendant plus de quarante huit heures face à un bataillon ennemi. Très inférieurs en nombre, avec des munitions qui s'épuisent autant que s'accumulent les pertes, ils contribuent à atténuer la pression qui pèse sur les défenseurs du pont de la Fière.

  Pont qui sera finalement totalement dégagé le 09 juin, de concert avec des unités de la 90th Infantry Division qui se fraie un chemin depuis les plages. Les combats de la Côte 30 auront coûté au II/508 PIR 58 tués et 82 blessés. Combats qui ne seront pas les derniers. Durant 33 jours, les Red Devils se battront encore dans la péninsule du Cotentin, perdant 1 061 hommes dont 307 tués sur les 2 056 parachutistes que compte le régiment...


 Carte du secteur d'Utah Beach avec les zones de largage des 82nd et 101st Airborne... (Document United States Military Academy)
Positions des II et III/508 PIR du 08 au 09 juin 1944 (Carte Center of Military History)

2 commentaires:

  1. Bonjour,
    Je croyais (à tort ?) que la contre-attaque du PzAbt 100 sur le pont de La Fière était menée par des R-35. Vous confirmez les H-39 ?
    Merci

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour,

    Eh bien vous avez raison et tort, raison ou tort !

    Je m'explique : selon les sources ne sont cités que des R35 ou bien 2 R35 et 1 H39 ou encore la présence de R35 comme étant une erreur, les seuls chars présents étant des H39... J'ai donc choisi de m'appuyer sur les écrits de Steven Zaloga (qui lui-même a travaillé à partir de documents photographiques) dans lesquels sont mentionnés des Hotchkiss.

    Toutefois, voici quelques jours, j'ai découvert une photographie postée dans un forum. Photographie sur laquelle figure la plaque "constructeur" d'un Renault R35, découverte récemment à la Fière...

    Je vais faire en sorte de creuser la question...

    Bien cordialement.

    RépondreSupprimer